Cinq courants philosophiques à connaître à l’ère du bitcoin et des monnaies virtuelles

12 octobre 2017

Le bitcoin n’est pas seulement une monnaie virtuelle qui flirte aujourd’hui avec une capitalisation boursière de 82,6 milliards de dollars. Elle porte aussi une toute autre vision de l’humanité. C’est ce que l’article de la revue InternetActu.net a établi en listant les courants philosophiques qui puisent leurs forces dans les crypto-monnaies (bitcoin, ethereum), et qui pourraient bientôt diriger le monde.

Retour sur cinq notions et mouvements philosophiques à connaître pour parler du futur des échanges, d’après les livres cités par InternetActu.

  • La posthumanité : c’est le concept selon lequel la vie prendra forme, mais ne prendra pas nécessairement corps. Citant le livre “The Age of Ems” (Robin Hanson), le journaliste évoque cette fiction où les esprits intelligents sont “uploadés” dans un ordinateur central. La vie, entièrement virtuelle, est ainsi rendue paradisiaque grâce aux algorithmes.
  • L’extropianisme : dans le futur, l’individu homme-machine sera augmenté par la technologie. Ce courant proche du transhumanisme repose sur “l’économie 2.0”, celle qui, à l’image d’une monnaie comme bitcoin, garantit des échanges grâce à « un ensemble d’algorithmes d’allocations de ressources déterministes de qualité supérieure », indique Rémi Sussan citant le roman de Charles Stross “Accelerando”. A cette idée vient s’ajouter celle de la disparition de l’Etat et de la main (technologique) invisible, régulant les échanges sans interventions extérieures.
  • Le singularitarisme : «mouvement social défini par la croyance en une singularité technologique (la création d’une superintelligence) qui devrait se produire dans un futur pas trop éloigné, et la nécessité d’actions délibérées pour s’assurer que cela bénéficiera à l’humanité», indique la définition Wikipedia. Le mouvement a notamment donné naissance à la Singularity University, soutenue par la NASA et Google, où l’on débat par exemple de la «dernière génération d’humains mortels».
  • Le libertarianisme : une idéologie sociale et économique, mais qui, contrairement aux notions précédentes, s’est incarnée politiquement dès les années 1940 avec des auteurs tels que Ayn Rand, considérée comme la mère du courant libertarien. Il vise la disparition plus ou moins totale de l’État et le règne absolu du marché. Bitcoin et ethereurm permettraient, pour ses adeptes, la concrétisation de la théorie.
  • La Dac (Distributed Autonomous Corporations, ou Entreprises autonomes distribuées) : dans cette entreprise du futur, ce ne sont plus les actionnaires qui auront le droit de vie et de mort sur les salariés, mais les employés qui pratiqueront l’auto-gestion et l’auto-financement… en bitcoin.

Pour l’heure, bitcoin est en train de battre des records. Il vient de dépasser les 4 000 dollars dans les échanges et devrait atteindre les 6 000 dollars d’ici la fin de l’année dans un contexte de forte volatilité, lit-on sur CNBC.

Crédit Illustration : Ellipse Film UI Graphics CG Society 

 

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous