IA : du gonzo journalisme
aux robots journalistes

Dans une récente conférence sur l’IA et le journalisme, Sam Bowman, professeur à l’université de New York, rappelait que « créer des systèmes automatiques qui soient capables d’aller au fond d’une idée abstraite ou encore de rédiger un long-form (journalistique) cohérent reste quelque chose de difficile ». Et nous renvoyait à l’exemple de Sunspring, un scénario écrit en 2016 par Benjamin, un réseau de neurones artificiels dont le court-métrage avait été dévoilé sur Ars Technica.

C’est à partir de l’analyse d’une dizaine de scénarios de science-fiction que le script avait été généré. Qualifiée d’étonnante et de bizarre par Ars Technica, cette expérience rappelle cependant que les robots-journalistes (voire écrivains dans les cas du robot-scénariste), nous entourent déjà pour accomplir un certain nombre de tâches non-négligeables.

Et si l’art de la narration est encore loin d’être accompli à en regarder Sunspring avec ses personnages qui ne semblent exister que parce qu’ils prononcent des phrases, les rédactions de presse et cabinets d’audit et de conseil n’hésitent pas à se tourner vers les IA pour des rédactions fondées à partir de statistiques et visant à la prédictibilité. C’est le cas d’Associated Press, par exemple, pour ses articles financiers ou la couverture du baseball rédigés par les logiciels de génération automatique de textes (GAT) de la société Automated Insights, comme StatsMonkey.

Grâce à leur puissance de calculabilité, les robots sont en effet de puissants alliés pour le résumé de texte. C’est d’ailleurs leur point fort aujourd’hui ! A partir de la méthode extractive de Luhn, une méthode statistique sans analyse profonde, ils peuvent ainsi « mâcher le travail » de dizaines de documents en un temps record. Forbes fait de même pour ses articles boursiers avec l’IA de natural language generation (NLG) Quill, de la société Narrative Science, créée en 2010 et ayant totalisé 30 millions de dollars de levées de fonds depuis ses débuts. Cette dernière s’est spécialisée dans la génération automatique de rapports d’activités à destination des entreprises et de comptes-rendus. Cette plateforme est un véritable eldorado qui la classe parmi les 100 Intelligences Artificielles du Sommet de l’Innovation de CB Insights.

Professeur d’informatique et de Journalisme à la Northwestern Université et co-directeur du laboratoire de l’information intelligente (Intelligent Information Laboratory), Kristian Hammond, CTO et co-fondateur de Narrative Science, assure ainsi que nous allons passer de l’âge d’or du gonzo journalisme à celui du journalisme-robotisé. Et ne manque pas de prédire dans un article du New York Times : « Dans cinq ans un ordinateur gagnera un Prix Pulitzer et que je sois maudit si ce n’est pas avec notre technologie ». Ou encore de prophétiser que « 90 % du journalisme sera écrit par un ordinateur d’ici 2030 ». D’ailleurs, qui vous dit que cet article n’a pas été écrit par un robot ?

 

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous